UNE GÉNÉRATION SANS PÈRE

« Une génération sans père »

En lien avec le témoignage de notre invité Patrick Hosson, ancien membre de gang de rue qui a grandit sans aucune figure paternelle (Rencontre Kintsukuroi), nous avons tenu notre rencontre mensuelle en parlant de l'importance de la présence d'un père dans la vie d'un enfant.

Pour un jeune fils, son père sera le premier modèle masculin qu'il essaiera de reproduire. Et pour une jeune fille, son père sera le premier homme qu'elle aimera. Nul besoin de dire à qu'elle point l'absence d'un père peut causer des vides dans la vie de ces enfants.

Un père peut être absent en étant littéralement absent du foyer familiale mais il peut aussi être absent tout en y étant présent.

Et par ceci je parle des pères qui sont toujours trop occupés pour passer du temps de qualité avec leur famille ou des pères qui ont toujours pleins de projets qui les empêche de vivre le moment présent avec leur famille.

Psaumes 127; 3: "Voici, des fils sont un héritage de l'Éternel, Le fruit des entrailles est une récompense"

J'aimerais donc vous partager une pensée du pasteur Bruno Picard de l'Église Extravagance à l'Ile de la Réunion qui disait: "Vous ne pourrez jamais apprendre à être un père si vous n'apprenez pas avant à être un fils". Autrement dit, vous ne pourrez jamais aimez vos enfants de la façon que Dieu vous y appelle à le faire tant que vous n'apprendrez pas à vous laisser aimer par Dieu votre père.

Puis en terminant, voici des statistiques nord-américaine sur la situation des enfants qui grandissent avec un père absent:

Les enfants qui ont grandi sans la présence de leur père représentent:

  • 90% des fugues et sans abris – 32 fois la moyenne
  • 85 % des jeunes avec problèmes de comportement – 20 fois la moyenne
  • 80% des violeurs avec problèmes de gestion de la colère – 14 fois la moyenne
  • 71% des décrochages scolaires – 9 fois la moyenne
  • 75% des jeunes dans les centres de désintox – 10 fois la moyenne
  • 70% des jeunes en centre jeunesse – 9 fois la moyenne
  • 85% des jeunes en prison – 20 fois la moyenne
  • 63% des suicides chez les jeunes – 5 fois la moyenne
  • 72% des adolescents condamnés pour meurtre
  • 80% des adolescents qui reçoivent des soins psychologiques
  • 90% des adolescent pyromanes
  • 2 fois plus de chance de lâcher l’école
  • 60% plus de chance de doubler une année
  • 68% plus de chance d’avoir des problèmes de cigarettes, alcool ou drogues
  • 8 fois plus de chance de finir en prison
  • 4 fois plus de chance d’avoir besoin d’aide psychologique
  • 11 fois plus de chance de commettre des actes de violence
  • 20 fois plus de chance d’avoir des problèmes de comportement
  • 32 fois plus de chance de fuguer de la maison
  • 5 fois plus de chance de se suicider

Les filles qui ont grandi sans la présence de leur père représentent:

  • 71% des mères adolescentes (Âge adulte au Canada: 18 ans QC, MB, AB, ON, IPE, SK – 19ans: CB, NB, TNL, TNO, NE, NU, YU)
  • 1 000 000 de mères adolescentes à chaque année (Souvent les même adolescentes qui tombent enceinte à plusieurs reprises)
  • 13% des naissances sont faites par des mères adolescentes
  • 3 fois plus de chance de perdre leur virginité avant 16 ans
  • 900% plus de chance d’être violée
  • 53% plus de chance de se marier adolescentes (Mariage légal à 16 ans au Canada)
  • 92% plus de chance de se divorcer au moins 1 fois
  • 711% plus de chance de tomber enceinte à l’adolescence
  • 164% plus de chance d’avoir un enfant sans être mariée ou en couple

Un sondage mené auprès de 7000 jeunes en prison qui ont eu des liens avec les gangs de rues, 39% ont avoué l’avoir fait parce qu’ils se cherchaient une famille.

Dans la société dans laquelle nous vivons aujourd'hui qui encourage et célèbre même la sécurité financière et/ou matérielle, nous sommes souvent poussé à faire des journées en sur-temps afin de ramener plus d'argent à la maison dans le but de "Pourvoir" à nos familles en leur achetant une certaine sécurité. Mais la vérité c'est que vous allez tellement travailler pour être en mesure de payer pour toutes ces choses qu'au bout du compte, vous n'en profiterez même pas étant encore une fois entrain de travailler ...

J'aimerais donc conclure en vous encourageant à rentrer à la maison après votre quart de travail pour vous occuper de vos familles avant qu'elles ne fassent partie de ces statistiques. Il n'y aura jamais assez d'argent que les journées en sur-temps pourront vous apporter qui auront la même valeur que de grandir avec votre famille.