Chrétien ou Policier

« Chrétien ou policier »

*** Des liens furent inclus afin d’alléger le texte et de pouvoir consulter les références plus facilement et rapidement

Pour cette étude biblique mon but était de créer des fondations bibliques solides afin que tous les agents de la paix puissent savoir à quel point Dieu les a non seulement destiné à être policier mais aussi comment Il est fier de nous!

On nous a raconté au collège que la police remontait au Royaumes-Unis quand les « Bobbys » (chapeaux noir que les policiers d’Angleterre portent) ont fait leur apparition. Sinon nous devions remonter aux sociétés ancestrales du moyen orient où le modèle de sécurité existant était les soldats protégeant les villes. Mais qu’en dit la bible?

Vous serrez étonnés d’apprendre que le premier modèle de police d’écoule du temps de Moïse lorsque Dieu prépare son peuple à entrer en terre promise. Pour en aider la compréhension, je vous invite à cliquer sur le Tableau comparatif afin de pouvoir suivre cette étude. Ce tableau vous permettra de voir la comparaison entre notre système de justice actuel et celui du temps de Moïse et de connaître les versets qui s’y rattachent.

Si une personne commet un meurtre au Canada, nous devrons commencer par déposer des accusation et donc de déterminer l’intention de la personne (était-ce volontaire ou accidentelle). Cet élément est appelé la Mens Rea.

Le même principe existait au temps de Moïse. Deutéronome 19 nous donne 2 exemples simples et clairs. Dans Deutéronome 19; 4-5 on peut y comprendre qu’un homme en a tué un autre par accident alors que sa hache s’est brisée et a frappé la victime alors que dans Deutéronome 19; 11-12, un homme aura frappé mortellement une autre personne alors qu’il agissait par haine.

Ensuite, il y aura une enquête policière pour déterminer le coupable. Cette enquête sera composée principalement de témoins qui diront ce qu’ils auront vu et identifieront le coupable. Cependant, nous avons besoin de 2 témoins ou plus (preuves, exhibits, etc.) pour reconnaître une personne coupable d’un meurtre lors d’un procès.

C’était la même chose au temps de l’exil en Egypte. Dans Deutéronome 19; 15-18 et Nombres 35; 30 nous pouvons voir qu’une seule personne ne sera pas suffisante pour retenir quelqu’un coupable de meurtre.

Puis vient ensuite la détention. Puisque les gens ont droit à un procès au Canada, les personnes accusés de meurtre sont détenus en prison le temps de leur procès. C’était la même chose également au temps du pentateuque où on peut lire dans Nombres 35; 6 + 12 et Josué 20; 1-2 que les meurtriers devaient s’enfuir dans les villes refuges afin de ne pas être capturés par le Vengeur du sang et d’être mis à mort avant d’avoir eu droit à son procès.

Le fait de détenir ces gens nécessite de devoir construire des établissements carcéraux et dans ce temps ils avaient aussi l’obligation de Dieu de créer des villes refuges (Josué 20; 1-2). De plus, Dieu les a obligé à créer 6 villes refuges et de les placer de façon égale (3 à l’ouest du Jourdain et 3 à l’est) afin que le meurtrier ait une chance égale de pouvoir s’y réfugier. Dieu oblige même les gens à faire des chemins pour que ce soit facilement accessible afin que celui qui ne mérite pas la mort puisse s’y rendre rapidement (Deutéronome 19; 3 + 6 / Voir la carte des villes refuges au bas).

Puis vient le temps du procès devant juge et la façon de procéder était aussi la même à cette époque où les accusés devaient se présenter devant les juges et souverains sacrificateurs (Deutéronome 19; 17-18).

Si une personne était reconnue coupable de meurtre au Canada avant les années 1976, la peine de mort était possible tout comme pour le peuple de Moïse. Dans Nombres 35; 20-21 ont y comprend que celui qui est reconnu coupable de meurtre était livré aux mains du Vengeur de sang et qu’il était tué sur le champ.

Si par contre la personne était reconnue coupable d’homicide involontaire, l’article 236 du Code Criminel Canadienprévoit une peine maximale à perpétuité (25 ans). Tout était dans la Mens Rea. Et comme la Mens Rea existait aussi dans ce temps, si une personne était reconnue coupable d’une mort accidentelle, elle était condamnée à vivre dans la ville refuge jusqu’à la mort ou la fin de service du souverain sacrificateur qui l’avait condamné; ce qui équivalait à une peine maximale de 20 ans (Nombres 35; 25 et Josué 20; 6).

Pourquoi 20 ans? Parce que qu’on peut lire dans Nombres 4; 3 + 30 qu’un souverain sacrificateur ne pouvait entrer en fonction avant 30 ans et ne pouvait y demeurer en poste passé 50 ans. Donc comme un condamné devait attendre la fin du mandat du souverain sacrificateur (ou sa mort), il s’exposait à une peine maximale de 20 ans avant de pouvoir rentrer chez lui.

Si jamais un meurtrier qui est dangereux pour la société vient qu’à s’enfuir d’un pénitencier du Canada, l’article 25 (5) du Code Criminel s’applique et donne le pouvoir aux agents correctionnels d’utiliser une force pouvant être potentiellement mortelle pour empêcher la fuite. Le même principe s’appliquait aussi avec le Vengeur du sang dans Nombres 35; 26-28où il avait l’autorisation de tuer la personne qui s’était sauvée de la ville refuge.

En conclusion, le Vengeur du sang dans le temps de Moïse (qui remonte il y a des milliers d’années avant J.C.) est le premier agent de la paix qui n’était pas seulement un soldat mandaté de protéger une ville et ses habitants mais qui faisait partie intégrale d’un système de justice lui conférant une autorité et des pouvoirs d’application des lois.

Une question demeure cependant. Si nous sommes soumis aux 10 commandements et que notre travail nous fait transgresser certains de ces commandements, est-ce que la police est un travail qui honore Dieu?? La réponse est oui.

Sur les 10 commandements, il n’y en a que 3 que notre travail peut nous amener à transgresser : Tuer, mentir et le non-respect du sabbat.

Pour ce qui est du meurtre, la bible est claire sur ce point dans Nombres 35; 27. Le Vengeur du sang (ou le policier aujourd’hui) n’avait pas carte blanche pour tuer mais cela devait être dans le cadre de son travail, pour des raisons de sécurité et de protection des citoyens.

Pour ce qui est du Sabbat, encore une fois la bible est claire à l’effet que les agents de la paix n’y étaient pas soumis dans ce temps. Dans 2 Rois 11; 5-7 on y lit les ordres que Dieu donne aux rois disant que lorsque les agents de la paix seront en devoir les jours de Sabbat, qu’ils resteront tout de même en service à protéger les rois, les murailles de la ville et les citoyens.

Puis pour finir avec le dernier commandement (mentir), en tant qu’agent de la paix nous avons souvent à mentir (bluff) en interrogatoire pour faire avouer un crime, à s’inventer une vie comme agent double pour mettre fin à un réseau criminel ou à se créer un faux compte Facebook dans le but de capturer des prédateurs sexuels infantiles.

Encore une fois le concept de la Mens Rea s’applique. L’intention derrière le mensonge était-elle d’usurper quelqu’un pour en obtenir un avantage indu ou était-ce dans le cadre de nos fonctions dans le but premier de protéger les citoyens de notre ville?

Exode 20; 16 dit « Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain ». Le concept était que certaine personnes portaient de faux témoignages (témoigner, rendre compte faussement contre une autre personne devant quelqu’un en autorité comme un juge ou un magistrat) dans le but d’éliminer certaines personnes de leur entourage (les envoyer en prison ou les faire condamner à mort).

De plus, le mot « Témoignage » est traduit en hébreux par « ‘ED – ‘ED » qui fait référence à rendre évidence des choses et à quelque chose de souillé, de corrompu. Donc autrement dit, le verset signifiait de ne pas rendre compte contre quelqu’un de façon corrompue.

Donc lorsque les gens mentaient de façon à faire tuer quelqu’un, il y avait un élément de corruption ce qui est très loin d’être le cas des policiers qui agissent en tant qu’agents double pour démanteler un réseau de drogue dans une école ou lorsqu’ils essaient de capturer des pédophiles sur internet.

Je vous invite également à consulter la liste de tous les versets en lien avec les agents de la paix que j’ai mis sur le site internet dans la section « Versets pour les Agents de la paix

En conclusion, le travail d’agent de la paix est un travail qui non seulement honore Dieu mais qui en plus est couvert d’une bénédiction spéciale. Tâchons de le faire de façon intègre, sans regret et soyons fier de protéger la ville que Dieu nous a confiée !